Extrait du discours du Président Jovenel Moïse  lors  du 25e anniversaire  de la Police Nationale

[…] Aujourd’hui, le peuple et la police ont un ennemi commun […] l’insécurité. Cette insécurité répand la mort dans le camp du peuple et dans le camp de la police. Beaucoup de personnes mal intentionnées veulent créer la division entre la police et le peuple. La formule diviser pour régner ne peut plus fonctionner. Aujourd'hui, c'est en construisant une chaîne de solidarité, en s'aidant mutuellement que nous pouvons conduire le pays vers la voie du changement dont nous rêvons tous. Ce n'est pas en défendant nos intérêts personnels, ni en défendant les intérêts d'un petit groupe de personnes que nous pouvons créer un pays où chacun peut vivre librement dans la paix et la sécurité.

Policiers,
C'est par le dialogue, la parole et l'écoute que nous pouvons résoudre tous les problèmes auxquels nous sommes confrontés aujourd'hui. […] Haïti est fatiguée des divisions, du “ôtes toi que je m'y mette”. Le pays est fatigué avec le système d'oppression et de diviser pour régner. Aujourd'hui, nous sommes les enfants d'un seul pays, nous n'avons qu'un choix : celui de nous unir pour lutter contre tous ceux qui ne veulent pas la Paix, la sérénité et la stabilité dans le pays.

Mes sœurs et frères,
Dans une démocratie, nous n'avons pas à nous mettre d'accord sur tout, mais […] nous devons trouver une entente sur nos désaccords, pour que de bonnes réformes puissent avoir lieu dans le pays dans les domaines social, politique et économique. Aujourd'hui plus que jamais, nous devons faire un front commun contre le chômage, la vie chère, l'insécurité et l'exclusion. La lutte que je mène contre un petit groupe qui veut imposer ses propres lois au pays nécessite le soutien, la compréhension et le dépassement de soi des élites car le système d'oppression n'est bon pour personne. Comme je le dis toujours, le pays doit prendre une direction différente.

Le changement n'est jamais facile, surtout lorsqu'il s'agit d'une série de secteurs où le trafic d'influence, etc. existait, mais je vous dis chers policiers, en Haïti, le peuple vous demande de faire un sacrifice pour lui parce que, quand il faire jour c'est à ce moment-là qu'il fait plus sombre […]

[…] il y a des gens qui ne comprennent pas le sens de la lutte, mais je profite de cette grande journée pour vous dire que la véritable voie du changement est la voie de la réforme, nous ne pouvons pas parler de pays, de lendemain meilleur si nous n'acceptons pas de faire le sacrifice aujourd'hui. Les choses sont difficiles, je le comprends, et je le sais, mais je vous dis, mères et pères de famille, que si aucune décision difficile n'est prise aujourd'hui, les choses vont empirer demain.

[…] Au cours des derniers mois, il y a une certaine turbulence au niveau de la PNH due à un ensemble de revendications qui pourraient se faire avec beaucoup plus de sérénité et de calme. J'exhorte les policiers et les policières de ne jamais se laisser prendre dans le piège qu'est la discorde. Nous sommes dans une mutation sociale. Nous avons besoin de beaucoup de sérénité. Nous ne devons pas laisser de place à la méfiance entre la population et la police.

[…] Aujourd'hui, quelqu'un qui fréquente un commissariat doit se sentir chez lui […] L’objectif que doit viser l'institution policière est de restaurer un climat de confiance entre la Police et la population.

La volonté du Gouvernement est d'instituer une Police de proximité visant à répondre aux besoins de la sécurité des citoyens. Après 25 ans d'existence, la PNH a acquis suffisamment de maturité et d'expériences afin de s'organiser pour répondre aux besoins de sécurité exprimés par la population. La PNH n'a pas seulement grandi en maturité, elle a aussi grandi en effectif de qualité pour répondre aux énormes défis rencontrés. Je sais que la tâche est immense et les enjeux sont énormes. Le peuple veut compter sur votre bonne volonté et vos capacités à surmonter les défis de tous genres auxquels vous aurez à faire face […]